MALI/NIGER : BAZOUM LE PRESIDENT NIGERIEN DEAMBULE DIPLOMATIQUEMENT EN S’ATTAQUANT AUX AUTORITES DE LA TRANSITION MALIENNE

Spread the love

Le Ministre malien des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, SEM Abdoulaye DIOP, avait convoqué le vendredi dernier, l’Ambassadeur de la République du Niger, suite aux propos tenus à Paris à l’encontre des Autorités de la Transition Malienne par son Président, Mohamed Bazoum.

Lors d’un séjour parisien la semaine dernière, le président du Niger M. Bazoum, a eu à tenir des propos déplacés à l’égard des autorités de la transition malienne en ces termes : « il ne faut pas permettre que des militaires prennent le pouvoir parce qu’ils ont des déboires sur le front où ils devraient être et que des colonels deviennent des ministres et des Chefs d’Etat. Qui va faire la guerre à leur place ? Ça serait facile qu’à chaque fois qu’une armée, dans nos pays, a des échecs sur le terrain, elle vienne prendre le pouvoir. C’est ce qui s’est passé par deux fois au Mali : en 2012, les militaires avaient échoué, ils sont venus faire un coup d’État. Cette année encore en 2020, ils ont fait la même chose. Ce n’est pas des choses acceptables ».

Bazoum, comme un adage de chez nous le dit « vous avez jeté la pierre à la lune ». Aujourd’hui les acteurs de la transition de notre pays, sont en train de se dédouaner face aux néo-colonialistes, auteurs du pillage de nos biens, à travers des conflits qu’eux-mêmes entretiennent et alimentent. Le Mali, pour cette période transitoire, avance en évaluant ce que les uns et les autres nous ont apporté dans notre combat contre l’insécurité, qui nous a été imposée par les ennemis de la Nation malienne.

Le président Bazoum, apprenez que la convocation de votre ambassadeur par le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, SEM Abdoulaye Diop, pour faire part de l’étonnement du Gouvernement malien face à de tels propos venant de la part de vous, est un signe annonciateur de cette nouvelle approche des responsables maliens, qui refusent de subir. SEM Diop, a au nom du Gouvernement de la République du Mali, adressé à travers l’Ambassadeur du Niger au Mali, une vive protestation à transmettre au Gouvernement de la République du Niger.

Les Autorités actuelles du Mali, a dit M. Diop, rappellent que le Niger et le Mali, liés par l’histoire et la géographique, ont toujours développé de solides relations d’amitié et de fraternité… Une telle déclaration de votre part, va malheureusement à l’encontre de cet esprit.

A écouter l’actuel président nigérien, on pourra se poser la question suivante ; est ce que vraiment ce monsieur était en possession de toutes ses capacités ? Ne sait-il pas, que contrairement à lui, qui continue d’aller faire le laquais aux champs Elysée en sa qualité de sous-préfet du colon français, les acteurs de la transition malienne, cherchent à fonder leur légitimité à travers la prise en compte des préoccupations de  leurs concitoyens. Ceux-ci dans leur grande majorité, honnissent la politique française à l’endroit de notre continent.

Mais, n’est-ce pas vous Bazoum, qui en 2010 soutenait le coup d’Etat du Colonel Djibo ?

Nombre de maliens trouvent que votre élection en tant que président du Niger, au prix de tripatouillages de résultats des urnes, motive ces propos pas courtois que vous avez tenu à l’endroit des jeunes colonels maliens, qui n’ont fait que parachever la révolte du peuple malien. Sachant bien que vos maitres, qui ont cautionné votre sortie maladroite, sont en train de perdre du terrain au Mali. Bazoum, pour rester dans le giron français et continuer à bénéficier de la complicité de ceux-ci, n’avait d’autres choix que de dire des choses sordides à l’endroit des Autorités maliennes.

Bazoum, a oublié en 2010, il était parmi ceux qui avaient soutenu le coup d’Etat contre le Président Mahamadou Tandia. Il faut lui rappeler qu’aucun coup d’Etat perpétré au Mali, n’a coûté la vie à aucun président déçu. Il doit se remémorer de l’assassinat du Président Ibrahim Barré Maïnassara, ayant renversé le président démocratiquement élu Mahamane Ousmane. Au Mali, tous les coups d’Etat, ont été précédés essentiellement de soulèvements populaires, nos forces de défense pour éviter le bain de sang, sont souvent intervenues pour parachever les mouvements.

Monsieur Bazoum, malgré qu’il soit démontré aujourd’hui, que c’est la France qui est la première source de financement du terrorisme mondial avec les pays comme le Qatar et l’Arabie Saoudite, vous vous n’arrivez pas toujours à connaitre les origines des malheurs de votre peuple ? Ne savez-vous pas que ce sont les autorités françaises, qui par leurs comportements avec la complicité de leurs valets africains, qui imposent à nos peuples la terreur et la misère dans lesquelles ceux-ci vivent présentement ?

Monsieur le président nigérien, dans vos propos vous parlez de déboires de nos militaires sur le front. Ne savez-vous pas que cela est dû essentiellement aux manœuvres malveillantes de la race d’hommes politiques comme vous ? Sinon en faisant un peu de recul dans le temps, les armées malienne et nigérienne faisaient partie des plus braves et performantes de la sous-région. Ce sont des pseudos démocrates comme vous, qui ont agi à détruire nos outils de défense et faire de nos pays des passoires pour les terroristes et trafiquants de tous bords. M. Bazoum, vous pouviez imaginer un instant, que des terroristes pouvaient venir s’attaquer au Mali ou au Niger sous les règnes des présidents Modibo Keita, Moussa Traoré du Mali et Séni Kounthié du Niger, un putschiste, mais aussi le meilleur des présidents du Niger indépendant.

Monsieur Bazoum, nos militaires connaissent des déboires sur les champs de batailles par la faute des véreux hommes politiques France-Afrique, qui n’ont œuvré qu’à politiser le commandement, les vrais militaires sont piétinés au détriment des chercheurs de grades dans les salons feutrés. Toutes choses qui ont contribué à la démoralisation de nos troupes.

Monsieur le président nigérien, il faut revoir votre copie, vos compatriotes ne vous ont pas élu certainement pour aller vous en prendre à un voisin, qui partage pas mal de choses d’avec eux. Comme le Mali, le Niger connait les mêmes problèmes d’insécurité et de menace de sa souveraineté.

Retenez que malgré votre déboire Monsieur le président du Niger, le Gouvernement du Mali, est resté serein et a réaffirmé son engagement à continuer à œuvrer au maintien et au
renforcement des relations séculaires entre les peuples nigérien et malien.

Disons Bravo aux plus Hautes Autorités de la transition du Mali pour cette leçon de sagesse.

M.B. Traoré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *