LUTTE CONTRE LA VIOLENTE EN MILIEU SCOLAIRE : L’ENGAGEMENT DES FEMMES SOLLICITE PAR l’APPEM

Spread the love

Dans le cadre de la commémoration de la journée internationale de la femme, l’Association des Professionnelles de la Presse Ecrite du Mali (APPEM) en partenariat avec l’ONG ORFED, a organisé un forum sur l’éducation. Tenu le 20 mars dernier à la Maison de la Presse, le thème de cette rencontre était : « le rôle de la femme dans l’éradication de la violence à l’école ».

Présidé par le Conseiller technique du ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Sayon Doumbia, représentant Mme le Ministre de son département, Mme Bintou Founè Samaké, empêchée, l’objectif du forum était de susciter un apport intellectuel, de recueillir les éléments d’analyse et de diagnostic des problèmes de violence en milieu scolaire. C’est pour inciter chaque acteur à s’investir pleinement pour une école apaisée, que l’APPEM a organisé un forum sur le rôle de la femme dans la lutte contre la violence en milieu scolaire.

L’exposé sur l’état des lieux de la violence en milieu scolaire, a été fait par Housseini Amion Guindo, ancien ministre de l’Education Nationale et promoteur d’école. Dans son exposé, le ministre Guindo, a commencé par évoquer les raisons de la violence. Il les a énumérées en trois différents facteurs à savoir, la promiscuité, les problèmes pédagogiques et l’attitude de l’Etat. En ce qui concerne le rôle de la femme dans l’éducation scolaire, le conférencier a demandé aux femmes de revoir l’éducation familiale, de retourner à nos anciennes valeurs. Pour lui un enfant violant à la maison est un enfant violant à l’école. La tolérance n’est pas la chose la mieux enseigné à la maison. Pour susciter la discussion, il a évoqué ces quelques éléments.

D’autres facteurs de violence ont été évoqués par Mme Dembélé Ouleymatou Sow, présidente de la Coordination des Associations et ONG Féminines du Mali (CAFO), médiatrice de la crise scolaire. Elle a ajouté, l’insuffisance de communication entre les parents et les enfants ; le manque de matériels didactiques et d’équipement à l’école ; le problème de leadership où tout le monde veut diriger ; la non prise en compte des revendications des enseignants pour les motiver à s’intéresser aux élèves, etc.

Dans son discours de bienvenue, la Présidente de l’APPEM, Dado Camara, a rappelé que l’APPEM collabore avec l’ONG ORFED depuis 2018 à travers son programme Promotion de la paix au Sahel (PPS), exécuté au Sahel par l’ONG internationale EIRENE, et au Mali par les ONG ORFED et FDS, sous financement du programme Service Civil pour la Paix (SCP) du Ministère Allemand pour la Coopération Economique et le Développement (BMZ).

Aux termes de cette journée d’échanges, des recommandations concrètes ont été faites par des participants, composés des acteurs de l’éducation, pour le meilleur avenir des enfants.

Bintou Danioko

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *