L’AUTRE FORUM DE BAMAKO :  » LE PROBLEME DU MALI EST QU’ON FAIT SEMBLANT D’AGIR AU NOM DU PAYS ALORS QU’ON NE LE FAIT PAS EN REALITE » DIXIT MAHMOUD DICKO

Spread the love

A l’occasion de ces assises la notion de la laïcité s’est invitée aux débuts, l’éclairé Imam lors de ce forum, a pris la parole. S’il a mis en avant le vivre ensemble ainsi que l’acceptation de l’autre dans la différence, Mahmoud Dicko ne manquera pas de révéler l’hypocrisie qui mine la société. Une simulation comportementale qui transgresse fortement les efforts de progrès selon le puissant religieux dont la sortie n’est nullement passée inaperçue.

L’hôtel Salam a refusé du monde la journée d’hier. L’ouverture du Forum portant sur la thématique « État, Citoyenneté et Laïcité : état de la question et enjeux pour les démocraties contemporaines ». Un panel qui avait pour modérateur Moussa Mara, l’ancien Premier Ministre. Une tribune qui a abordé la thématique des rapports entre l’Etat, la citoyenneté et les religions. Dans l’audience, un acteur a voulu s’exprimer afin d’apporter ses contributions : Mahmoud Dicko.

Le puissant Imam de Badalabougou s’est exprimé une dizaine de minutes afin d’orienter l’audience à sa façon. « il faut déplorer que les religieux n’ont pas de statut reconnu la constitution » a –t-il déploré. Et même si cela n’est pas consacré, la citoyenneté est un droit qui les permet de s’exprimer sur la vie de la nation. Pour Dicko, penser qu’un Imam ne doit pas parler publiquement de la gouvernance est une erreur.

Indirectement, il lancera des piques à ses adversaires du côté de l’occident qui voient en son engagement, des envies djihadistes masquées en déclarant ; «Le judaïsme et le christianisme occupent les premiers rôles dans les sociétés européennes où religion et politique vont de pair. On sait tous que le Pape, a un statut de Chef d’Etat et est une entité à lui seul. S’il vient au Mali, ce n’est pas un Imam qui ira le recevoir. Pourquoi ne pas accepter que nous fassions partie des piliers de la société et même, aller vers ce genre de posture»?

Tout reste possible à la seule condition que le débat soit fait, « yeux dans les yeux » selon Mahmoud Dicko. Pour y arriver, il faut arrêter de faire semblant de construire une démocratie, la décentralisation ou la construction d’un pays sur du mensonge. «La laïcité a toujours été le fondement de notre société bien avant la colonisation. Depuis les rois et empereurs, les marabouts, féticheurs et Imams étaient bien là avec leurs rôles distincts ».

Ainsi, Mahmoud Dicko envoie balader ses détracteurs en déclarant : « Qu’ils disent ce qu’ils veulent. Nos valeurs sociétales justifient le fait qu’un Imam se retrouve à mobiliser les foules quand son pays va mal ». Sa sortie est un avant-goût dans la mesure où il sera sur la scène avec RFI qui a été invitée par le staff du forum de Bamako.

Cette fois, Mahmoud Dicko fera face au confrère Ruan Gomez sur « La laïcité au Mali» pour l’émission APPEL SUR L’ACTUALITE.  L’interventionnisme des religieux dans la vie politique et sociale qui a pris de l’ampleur alors que  la Constitution garantit la laïcité, sera l’essentiel du questionnaire qui sera soumis à l’Imam de Badalabougou dont la renommée va au-delà de la commune 5 de Bamako.

Idy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *