STATUT DE L’ANCIEN PRESIDENT ATT : JEAMILLE BITTAR DEMANDE A IBK DE S’EXPLIQUER

Spread the love

Contre toute attente, l’ancien collaborateur particulier du général défunt a officialisé une lettre dite de condoléances. IBK y est interpellé pour ne pas avoir réhabilité ATT avant son décès !

Depuis peu, le Mali a dit Adieu au Général ATT. A peine les larmes séchées, un pavé est jeté dans le fleuve Niger depuis les hauteurs de San. Il vient de la part de Jeamille Bittar, qui a pris l’opinion publique nationale à contre-pied.

A travers une lettre publiée sur sa page Facebook, il a mis au goût du jour un sujet qui était sur les langues : la maison de retraite du Président défunt Amadou Toumani Touré. Le camarade d’ATT au Mouvement citoyen, dont il était le principal bailleur a fustigé celui qu’il avait rejoint en 2018. Le domicile qui a été construit par les chinois pour ATT, et qu’il devait occuper après son mandat, a été transformé en maison des hôtes par IBK. Bittar, après les funérailles nationales rendues à l’Enfant de Mopti par toute la nation malienne, voilà que l’ancien président du Conseil Economique Social et Culturel sous ATT, charge Boua d’avoir empêché son prédécesseur de rentrer dans ses droits. Sur le font, force est d’admettre que Bittar a bien raison, pourquoi a-t-il attendu tout ce temps pour soulever la question ?

Il ira plus loin en demandant à l’ex-Chef de l’Etat de s’expliquer pourquoi, il n’a pas ordonné de remettre ATT dans ses droits d’ancien Président, après son exil dakarois. Sur ce point, IBK peut bénéficier de circonstance atténuante, car il avait encore 3 années avant la fin de son mandat pour corriger cette injustice. Mais, voilà que les membres CNSP en ont décidé autrement le 18 août dernier en renversant le régime de Boua.

Il faut retenir que lors du dialogue national inclusif, le Mandé Bourama n’avait pas caché son envie de mettre ATT en mission pour sauver la nation.

Par contre, là où la facture est salée à l’encontre d’IBK, c’est l’épineux dossier de Haute

Trahison. Jeamille Bittar demande à ce que son allié d’EPM d’Août 2018 à Juin 2020, l’explique les motivations de vouloir traduire ATT devant la Haute Cour de Justice. Et pour Bittar de clore que l’élection d’IBK, a été un camouflet pour le pays depuis 2013, oubliant que lui-même a été comptable du bilan de IBK. Sans parti pris, force est d’admettre que la maison de retraite d’ATT doit revenir comme telle à sa famille. Il y a quand même une pléiade d’hôtels à Bamako et ailleurs pour les hôtes du Mali. Il semblerait bien que l’esprit de revanche a eu raison du respect pour ceux qui ont dirigé notre Faso. IBK, se devait de faire attention car rien n’est éternel.

Ceux qui le poussaient contre ATT, avaient d’autres agendas. N’eut été son départ inattendu du pouvoir en Août dernier, il n’était pas exclu que ces mêmes personnes demandent auprès de son remplaçant de l’arracher sa résidence après 2023 ?

Pour le moment, le Mali a d’autres priorités qui ne soient de s’acharner contre ses anciens dirigeants! Le regret est total par rapport à ATT qui a finalement été incompris et le Coup d’État de Mars 2012 est vomi par tous.

Par cette attaque de Bittar IBK, le RPM l’en vaudra à mort. La « demande d’explication » de l’ancien président de la CCIM tombe alors que la fédération régionale RPM de Koulikoro était en symbiose avec la direction du parti, le même jour !

Pour les responsables du RPM, cette sortie de leur ancien allié n’est pas acceptable et les réactions pleuvent de toutes parts sur les réseaux sociaux le comportement de l’ancien président de la CCIM.

Il est donc clair que le divorce est définitivement consommé entre BOUA et celui dont les initiaux de son parti portent le signe… ATT !

Id. Keita

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *