MAJORITE PRESIDENTIELLE : TIEMOKO SANGARE DEJA EN CAMPAGNE POUR KOULOUBA 2023 ?

Spread the love

Les plans du président de l’ADEMA surprennent depuis peu. Si Adam Ba Konaré avait donné des indices, force est de constater que Tiemoko Sangaré a fini par la donner raison : il est en passe de faire de l’ombre au Dr Bokary Tréta qui est censé être le coordinateur naturel de la majorité présidentielle, actuellement secouée par maintes divergences.

Lors de sa dernière sortie, Adama Ba Konaré lançait sèchement « Vous n’avez aucune légitimité pour être le vis à vis de l’opposition. Vous pouvez vous réclamer de la majorité présidentielle, mais vous n’êtes pas le parti présidentiel ». Une déclaration qui a cloué au pilori l’ancien parti au pouvoir de 1992 à 2002. En lisant à travers les lignes on voit qu’il s’agissait d’un règlement de comptes avec l’actuel roi de la ruche le Pr Tiemoko Sangaré. Ce dernier depuis 2 ans, a laissé entendre qu’il souhaite supprimer les primaires de l’ADEMA, qui ont maintes fois mis le parti en lambeaux.

L’enfant de Garalo entend bien remettre en place la candidature naturelle du président de parti, qui était valable au temps d’un certain IBK, qui finira à claquer la pour cause de froideur dans ses rapports avec l’époux d’Adam Ba. La manœuvre actuelle du président de l’ADEMA-PASJ, laisse croire qu’il est déjà en train de lorgner le palais présidentiel dès la retraite de son allié de l’heure, à savoir le candidat qu’on appelait BOUA en 2018, sorti vainqueur de l’élection présidentielle passée.

Depuis peu, le roi de l’ADEMA a mis sur pieds la Coalition pour le Mali (CPM). Un cadre qui s’est pour l’heure distingué par le refus de plusieurs leaders proches du pouvoir actuel d’y adhérer. Si le Pr Tiemoko explique que le but est de regrouper les signataires de l’Accord Politique de Gouvernance, pourtant abrogé par le Président IBK en faveur de l’Accord politique pour le Rassemblement National (APRN), la raison est toute autre : la CMP cherche à englober l’entièreté de la majorité.

Il faut l’avouer la majorité est devenue plurielle, chose anormale. La faute à un Bokary Tréta en délicatesse auprès d’IBK lors du choix du président de l’Assemblée Nationale. Si IBK a désigné ce dernier comme le vis-à-vis du M5 qui l’a désavoué, Tiemoko Sangaré profite bien de la situation. Vu que certains positionnements à l’EPM montrent bien que l’implosion est de mise dans les rangs de la majorité, il entend être le rassembleur. Mission compliquée quand on sait que l’ARP tient à son autonomie du fait de pouvoir échanger directement avec le Chef de l’Etat sans aucune tutelle.

Comment peut-on se mettre sur un document caduc alors que le leader autours de qui on se regroupe a proposé un autre plan ? IBK a mis fin à l’Accord Politique de Gouvernance en déclarant que l’APRN (l’Accord politique pour le Rassemblement National), a été pensé avec le PM Boubou Cissé que certains rejettent dans la majorité.

Il est évident que Tiemoko Sangaré n’est pas habilité à avoir cette posture car il n’a ni la majorité et en plus trimballerai un dossier : la localité de Bougouni est au cœur de la fronde suite aux résultats des législatives où l’ADEMA fut déclaré vainqueur par le team de Manassa Danioko. La frustration du fait des sièges perdus suite à l’arrêt fatidique de la Cour Constitutionnelle semble être passée par là.

Autant de facteurs qui laissent croire que Tiemoko Sangaré, a entamé les manœuvre afin d’être roi à la place du roi actuel. On en saura plus avec la CPM, qui s’apprête à faire une sortie publique bientôt où ses objectifs seront évoqués dans les détails.

I. KEITA

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *